machines-et-moteurs-specialiste-de-la-moto-anglaise-classique
damier

350 KRM (Kingston Racing Motors).

Crédit photo: La Revue des Motards # 25.

En médaillon les pilotes Paul Smart et Ken Heanes.


Vedette du salon de Londres 1973, la 350 KRM, KRM pour Kingston Racing Motors, dernière machine de Grand-Prix fabriquée en Angleterre à été conçue par 3 ingénieurs de qualités: Jack Williams, Chris Rowlands et Brian Hall. Cette moto à été construite pour battre les Yamaha TZ et les MV. Le carter moteur, la boite de vitesse et les blocs cylindres forment une seule et même pièce moulé avec un réservoir d'huile de quatre litres boulonné sur le fond du carter. Ce moteur est donc composé de peu de pièces, c'est ce qui justifie son utilisation comme partie intégrante du cadre. Sur le coté gauche l'embrayage Borg et Beck travaille à l'air libre; a noter sa commande hydraulique actionnée par un maitre cylindre Lockeed. la commande de boite peut être indifféremment montée à droite ou à gauche. Elle s'effectue par un arbre central vertical qui agit sur les six rapports par l'intermédiaire d'un système ''Quaife'' réglable. Le moteur est supercarré (52mm d'alésage X 41 mm de course). Le vilebrequin tourne sur 6 paliers. Les deux arbres à cames sont commandés par une chaine centrale. Les chambres de combustions sont hémisphériques avec des pistons dont la tete est creusée pour laisser le passage aux soupapes dans les hauts régimes. Pour l'allumage les ingénieurs ont fait appel à un allumeur Lucas d'origine automobile. Le moteur est refroidit par un système mixte: Des ailettes pour la partie frontale et des conduits où l'air est forcé pour la partie arrière et centrale.



Texte La Revue des Motards, la revue dans la course.


Très peu d'information sur cette extraordinaire machine. Seuls, la Revue des Motards (la revue dans la course), le journal Motor (Hollande) et Motor Cycle Mecanics parlent de cette moto à sa sortie. Il est ambitieux de penser que la première année de course cette machine sera concurrentielle face aux Yamaha TZ et MV Agusta... Tout le charme anglais est résumé dans cette pensée...
Jack Williams n'est pas un inconnu, il est le père de L'AJS 7R, de la Matchless G45 et de la Porcupine, ,et aussi le père de Peter Williams qui fut lui même le géniteur la Norton JPN...
Le moteur au banc d'essai donnait 64 chevaux à 14000 tours/minute, la compression était de 12:1, les carburateurs ressemblent plus à des Gardner (21 ou 22mm) qu'aux Amal cités dans le texte. La boite comporte 6 vitesses et le poids n'excède pas les 135 Kg.
Aucune autre information ne suivit cette sortie.

Les photos ne sont pas d'une qualité exceptionnelle, mais la machine est tellement rare...

Harry Moteur Janvier 2016.

L'équipage mobile de la 350 KRM 1973. Notez le dessin particulier des pistons pour laisser la place aux soupapes. Le vilebrequin tourne sur six paliers, gage de fiabilité.

La moto carénée, telle qu'elle fut présentée à Londres en 1973.

On distingue bien sur cette photo l'allure caractéristique des culasses double arbre. Le carter d'huile est vraiment impressionnant. Notez la taille du filtre à huile ailetté pour faciliter le refroidissement du lubrifiant.

Monsieur Williams présente l'embiellage de la KRM à Georgéo. Notez la petite taille du vilebrequin.

La machine en couleur.
Le cadre tubulaire est de taille réduit, une grande part de la rigidité est assurée par le moteur largement renforcé pour être porteur.
La forme des échappements donne à penser que de nombreuses heures d'étude ont été passées sur ces pièces.